Financement participatif : De la responsabilité des porteurs de projets et du positionnement des souscripteurs

11:38 Nelyhann 0 Comments

À l'occasion d'une récente mise à jour pour notre projet Dearg (qui accuse du retard), j'ai entamé un article sur le thème du financement participatif. Je partage ici avec vous ces quelques réflexions sur le sujet :

Le financement participatif est très nouveau, nous sommes tous des pionniers et je pense qu'il y a matière à réfléchir sur les pratiques et les expériences de chacun

Retards, vous avez dit retards !

Sur le forum, nous avons lancé un sondage pour mieux comprendre votre état d'esprit par rapport au financement participatif. N'hésitez pas à participer ici !

Nous avons reçu quelques messages de souscripteurs inquiets ou nous demandant une date de livraison pour Dearg. À nouveau, nous vous présentons nos excuses pour ce gros loupé dans la date estimée de livraison annoncée initialement. C'était une erreur de notre part, sans doute due à un excès d'enthousiasme. La réalité est autre : le temps d'écriture et de création d'un livre est difficilement quantifiable. Nous avons mis 4 ans pour le Livre 1 Univers. Dearg, tout cumulé, aura demandé encore plus de travail je pense...

Je suis navré mais, aujourd'hui, je suis bien incapable de vous dire quand nous finirons Dearg et quand vous serez livrés. Je préfère être honnête avec vous. Tout ce que je sais, c'est que les choses avancent et que la rédaction de l'épisode 4 va reprendre sous peu. Cet épisode est déjà en partie écrit. C'est une anecdote mais plusieurs scénarios de l'épisode 4 ont été écrits dans la période 2008 / 2009 par Iris et moi. Largement playtestés, certains s'en souviendront sans doute... À côté de cela, je reconnais qu'il est très difficile pour moi de mettre un point final à cette histoire. J'avoue ne pas encore avoir décidé de la destinée de certains personnages clefs. Tout cela vous donne un aperçu du processus chaotique de la création d'un livre qui passe par bien des étapes avant d'arriver entre vos mains...

De la responsabilité des porteurs de projets...

L'affaire Dearg n'est pas anodine. Loin de là. D'autant que nous sommes témoins de certains bourbiers dans lesquels des collègues éditeurs ou créateurs sont enlisés. Sans compter les projets sur Kickstarter qui dégénèrent complètement (comme celui-ci, lisez c'est assez stupéfiant). Les projets "en retard" sont nombreux... cela ne justifie en rien notre erreur et doit plutôt être pris comme un avertissement.

Mais rassurons-nous, Esteren va très bien. La gamme se développe, aussi bien en France qu'à l'international. Sur nos 5 campagnes de financements participatifs, 3 sont livrées (pour les US), 1 autre est en passe de l'être (Voyages pour le Ulule annoncé courant 2014 et qui sera livré avant l'été si tout va bien). Reste le cas Dearg, qui est une exception et qui finira par être livré. Que ce soit notre éditeur ou nous, l'équipe, nous essayerons au maximum de vous faire "profiter" de cette attente en enrichissant le contenu, en vous offrant des bonus. C'est le moins que l'on puisse faire et vous le méritez certainement !

Pourquoi Dearg est-il à ce point en retard alors que nous arrivons très bien à gérer les autres campagnes ? La grande différence, c'est que Dearg, au moment de la souscription, n'était pas terminé, contrairement aux autres livres. Par terminé, j'entends la partie créative pure : textes et illustrations. Pour les versions US, il s'agissait de traductions, bien plus faciles à estimer en terme de temps de réalisation. Pour la nouvelle édition de Voyages, le contenu était intégralement réalisé et le temps qui s'est écoulé a servi à faire la maquette, corriger, adapter les contenus. À la lumière de cette expérience, il apparaît évident que de proposer un contenu inachevé en souscription est très risqué. Il reste très difficile d'estimer le temps de création, même pour des auteurs chevronnés. Il y a dans cette évidence un paradoxe : n'est-ce pas le sens même de la souscription que de proposer un projet inachevé que la communauté va décider de financer (ou pas) ? Les choses ne sont jamais simples, car les gens donnent de l’argent, le plus souvent durement gagné, et nous devons assumer nos engagements.

Reste le cas du Monastère de Tuath actuellement en souscription sur Kickstarter. Certains se sont étonnés que nous lancions une nouvelle campagne alors que ni Dearg, ni Voyages ne sont livrés. Levons un malentendu : la campagne Kickstarter concerne l'édition US des Ombres qui suit son propre développement, totalement indépendant de la gamme française. Cependant, exceptionnellement, nous avons insisté auprès de l'éditeur pour qu'il propose une contrepartie en version française afin de satisfaire nos plus grands fans qui souhaitent compléter leur collection (ça se termine dans trois jours d'ailleurs, ne traînez pas ! Toutes les infos ici). Autaut vous dire que créer une version de Tuath en édition limitée pour une centaine de personnes est un véritable signe de dévouement de notre éditeur vis-à-vis de la communauté.

... et du positionnement des souscripteurs

Cette parenthèse sur Tuath fermée, continuons notre réflexion. J'en viens au second versant de mon affaire : la posture des souscripteurs. Oui, un souscripteur donne de l'argent à un porteur de projet, il est légitime qu'il ait une attente. Je pense aussi que les souscripteurs se doivent de garder en tête leur statut particulier : ils sont plus proches des mécènes médiévaux que des clients du XXème siècle. Et ça peut poser un problème !

Les souscriptions impliquent les participants dans le processus créatif. Vous intervenez bien en amont d'un projet, avant même sa sortie en boutique, parfois longtemps avant sa sortie. Vous partagez nos doutes, nos frustrations, nos joies. Quand je vous dis : j'espère que l'épisode 3 de Dearg sera prêt en mai, je l'espère vraiment, de tout mon cœur. Mais je ne maîtrise pas tout... et comme vous je serais bien déçu de ne pas y arriver. Mais ce n'est pas pour cela que mous abandonnerons, nous continuerons. Pour l'équipe des Ombres, cette aventure, ces hauts et ces bas, cela fait 8 ans que ça dure. À mon sens, cela fait vraiment partie d’un processus que vous êtes amenés, au travers des souscriptions, à partager au plus près avec nous

Je crois que les porteurs de projets devraient être très clairs sur ce point : lorsqu'un projet n'est pas achevé et qu'il est proposé en souscription, le participant doit bien comprendre qu'il est un mécène - et non pas un client - et que le résultat est incertain. Sans doute, annoncer cela en début de projet va tenir éloignés bon nombre de soutiens éventuels. Mais ce sera plus honnête.

En cela, je présente nos excuses à ceux qui éprouvent de la déception car nous aurions dû avoir conscience de cela dès le début. En annonçant une date, nous avons sans doute induit certains d'entre vous en erreur. Alors même que le livre n'était pas achevé et que nous constatons avec vous la difficulté pour en venir à bout et notre incapacité à vous donner une date de sortie.

Il est évident que tout cela va influencer les prochaines étapes pour la gamme des Ombres. N'hésitez pas à nous transmettre vos sentiments et vos retours sur tout ça, ils nous permettent d'avancer.

Merci à tous pour votre fidélité,
Bien à vous,
Nel

0 commentaires: