La maison hantée - nouvelle (4/15)

21:00 Iris d'Automne 0 Comments

Pour fêter la saison sombre, chaque semaine, nous vous proposons un nouvel épisode de la nouvelle "La maison hantée" par Nico du dème de Naxos.
Si vous êtes friand d'histoires horrifiques, vous pouvez également lire sur ce blog la nouvelle d'Iris "Une raison d'agir", parue dans le recueil Hantises ou découvrir les suppléments des Ombres d'Esteren explorant les thèmes du fantastique, dans fantômes et des phénomènes étranges : le Manuel de la Lune noire et Occultisme.

Retrouvez les autres épisodes de La maison hantée en suivant ce lien.


*
* *

Partie  4


La demeure me toisait comme si je n’avais été qu’un vulgaire insecte qu’elle n’allait pas tarder à broyer. Une telle morgue, un tel orgueil émanait du manoir des Mac Grym que Lelyandra et moi nous sentîmes mal. Nous n’avions pas encore franchi le seuil de la terrible maison que, déjà, son aura démoniaque nous affectait. Je regardai Lelyandra dans les yeux. Mon assistante, pourtant toujours si sûre d’elle, me rendit un regard chargé d’une lourde angoisse.

« Tu n’es pas obligée de me suivre, tu sais. Il s’agit de ma sœur, pas de la tienne.

- Maître, je ne pourrais pas supporter qu’il vous arrive quelque chose. Je me reprocherais d’avoir manqué de courage, de vous avoir abandonné lâchement. Cette maison a un air vraiment sinistre, mais nous avons connu d’autres lieux tout aussi repoussants et nous les avons vaincus.

- Sans doute. Mais je pressens que ce qui se cache entre ces murs gris est autrement plus redoutable que ce à quoi nous avons été confrontés jusqu’à aujourd’hui. Je ne puis te donner l’assurance que nous serons capables de ressortir.

- Tant pis, je vais prendre le risque. Je préfère être à vos côtés pour vous soutenir lorsque le manoir commencera à déployer ses charmes mortifères.

- Très bien. Je suis heureux de ta décision Lelyandra. Ta présence me sera un réconfort. J’avoue que l’idée de pénétrer seul dans Kaer Skarden ne me tentait guère, mais je m’étais préparé à cette possibilité.

- Allons-y ! »

La voix de Lelyandra n’avait pas tremblé et nous avançâmes vers la volée de marches, larges et épaisses, qui permettait de gagner le seuil de la demeure. Un porche massif, soutenu par quatre colonnes de granite brut, plongeait la haute porte dans la pénombre. Le ciel s’était chargé de nuages grisâtres et il régnait une atmosphère lugubre. Il ne faisait pas vraiment froid, mais d’un geste qui aurait pu paraître préparé, mon assistante et moi resserrâmes au même instant les pans de notre cape autour de nous. Ces lieux donnaient envie de frissonner.

Alors que je m’approchais de la porte énorme, un bruit attira mon attention et je me retournai. Je fus frappé par la beauté étourdissante de la sorcière. La femme complètement négligée que j’avais vue hier avait laissé la place à une créature sublime. L’incroyable vert de ses yeux fut la première chose qui me frappa. Ses longs cheveux roux, propres et soigneusement peignés, cascadaient librement dans son dos, un fin cercle d’argent dégageant son front. Elle était vêtue fort simplement d’une tunique verte serrée à la taille qui soulignait la sveltesse de son corps, et chaussée de hautes bottes souples qui paraissaient neuves. À son cou pendait l’hexcelsis qu’elle avait caressé hier comme la chose au monde la plus précieuse.

Son regard était résolu et elle progressa vers nous d’une démarche pleine de détermination. Avant même qu’elle ne m’en informe, je sus qu’elle avait décidé de défier une nouvelle fois Kaer Skarden.

« Maître, qui est-ce ? »

La sorcière ne me laissa pas le temps de répondre, parlant tout en effectuant les derniers mètres pour venir à notre hauteur.

« Je m’appelle Neanda et je suis une sorcière. »

Lelyandra se tourna vers moi. Elle avait senti instinctivement que nous nous connaissions. J’avais omis, je ne sais pour quelle raison, de lui parler de ma rencontre de la veille avec celle que je ne connaissais auparavant que comme la sorcière.

« Je suis allé voir cette femme hier. Avec l’actuel maître des lieux, elle est la seule personne à être ressortie vivante de la demeure depuis qu’elle est hantée.

- Pourquoi ne m’avoir rien dit ? »

Je haussai les épaules pour signifier que je n’en savais rien. Mais, au fond de moi, je connaissais parfaitement la réponse. J’avais tout simplement eu peur de la jalousie de mon assistante, que je soupçonnais de me porter un peu plus que de l’affection. Notre différence d’âge - presque dix ans - était trop importante pour que j’eus jamais envisagé un lien d’une autre nature que professionnelle entre elle et moi, même si Lelyandra était loin d’être déplaisante à regarder.

« J’avais l’esprit occupé de ton récit », répliquai-je, ce seul mensonge m’étant venu naturellement.

Lelyandra hocha la tête : elle semblait me comprendre.

« Ysvan est venu me trouver hier : il cherchait à en savoir plus sur Kaer Skarden et il se trouve que j’avais quelques informations importantes à lui transmettre. Il s’avère en effet que je suis en contact avec Sorcha depuis des années.

- C’est…

- Oui, c’est incroyable. Neanda est entrée en contact avec Sorcha après avoir pénétré dans le manoir. Depuis, elles se parlent.

- L’esprit de votre sœur est ici, c’est une certitude. Néanmoins, les esprits ne vont pas vous la rendre aimablement. C’est pour eux un jouet infiniment précieux, et il est certain qu’ils redoubleront leurs attaques afin de vous en empêcher.

- Pourquoi êtes-vous venue ? ».

Je connaissais la réponse, mais je souhaitais l’entendre de sa bouche.

« Cela fait trop longtemps que j’attends cette opportunité. Hier, j’ai tenté de vous convaincre de partir au plus vite. Mais, en réalité, je suis soulagée que vous ayez décidé de poursuivre votre objectif. Je suis là pour vous aider à libérer votre sœur. Je prie l’Unique que nous y parvenions. Quant à vaincre les esprits…

- Si nous le pouvons, nous le ferons. Mais le principal reste de sauver ma sœur. Merci d’être venue, cela me touche énormément de la part de quelqu’un qui a déjà souffert et perdu deux personnes.

- Nous n’étions pas vraiment des amis, mais des jeunes gens naïfs qui pensaient que leurs pouvoirs seraient plus forts que ceux des autres. Nous étions imbus de nous-mêmes, trop orgueilleux pour voir les pièges que les esprits nous tendaient. Nous nous sommes jetés dans la gueule du loup avec une insouciance folle. Cela a tué deux d’entre nous et manqué me détruire. J’ai été une jeune femme stupide et j’ai payé ma stupidité au prix fort. Ysvan, je sens en vous une certaine expérience, mais »

Elle s’interrompit brusquement mais Lelyandra répliqua aussitôt.« Insinueriez-vous que je ne suis qu’une écervelée ? » Je sentis de la colère dans la voix de mon assistante, qui avait répliqué avec une férocité inhabituelle.

« Je ne vous juge pas mademoiselle. J’essaie simplement de m’assurer qu’il n’y a pas trop de risque pour vous à pénétrer dans Kaer Skarden.

- Eh bien, répliqua-t-elle vertement, je me sens parfaitement responsable. Ce n’est pas parce que vous avez agi bêtement autrefois que vous devez soupçonner tout le monde d’être comme vous.

- Lelyandra ! Il n’est pas bon de se laisser dominer par ses émotions. Surtout maintenant que nous sommes sur le point d’entrer.

- Je ne voulais pas vous vexer. Juste m’assurer que vous pourrez surmonter ce qui vous attend dans cette horrible vieille bâtisse.

- Je… Excusez-moi… Je comprends. Je suis désolée d’avoir réagi aussi vivement.

- Ce n’est rien. Il faut savoir que dès que nous serons à l’intérieur, les esprits vont jouer avec nos émotions. Nous sommes des sortes d’instruments pour eux. Et ils vont essayer de faire jaillir de nous la pire musique qui soit : celle de la discorde, de l’affrontement, de la haine. Et ils sont habiles dans cet exercice. Il va falloir nous contrôler tout le temps.

- J’ai bien l’impression que ça ne va pas être une partie de plaisir. »

Sur ces mots, j’ouvris la mallette de cuir qui ne me quittait jamais et en tirai la vilaine clef de bronze corrodée que m’avait confiée Nolan Mac Grym l’avant-veille. Je l’introduisis dans la serrure et dus forcer pour la faire tourner. Je fis un peu plus de deux tours et poussai la lourde porte vers l’avant. J’eus du mal à la faire avancer et Lelyandra et Neanda poussèrent chacune de l’épaule contre le battant. Soudain, nous faillîmes basculer par terre alors que la porte s’ouvrait en grand sur les profondeurs obscures de la demeure.

Lelyandra décrocha le brise-tempête attaché à sa ceinture et l’alluma à l’aide d’un briquet. Elle pénétra la première dans les ombres du grand hall, suivie par Neanda. Conformément aux instructions données par le maître des lieux, je me retournai pour refermer la porte derrière nous. Avant que la porte ne soit close, je jetai un dernier regard à l’extérieur : à une vingtaine de mètres du manoir, la silhouette voûtée de Nolan Mac Grym nous fixait sans paraître nous voir. Sans doute était-ce sa manière à lui de nous faire ses adieux.



Moon_clouds par Prateek Karandikar_Wikimedia Commons

 - -

Pour aller plus loin...

Poursuivez votre exploration de La maison hantée en suivant ce lien.

Découvrez Hantises, le premier recueil de nouvelles dans l'univers des Ombres d'Esteren.

Bon voyage...

0 commentaires: