Les cris animaux dans les forêts de Tri-Kazel

16:37 Iris d'Automne 1 Comments

Si la communication humaine est plus élaborée que celle des espèces animales, elle n’en obéit pas moins à certaines règles qui, une fois maîtrisées, permettent de mieux percevoir l’environnement sauvage tout autant que de se faire comprendre dans une certaine mesure, voire dans les cas les plus exceptionnels, de véritablement dialoguer.

 Photo de  Philippe Rouzet

L’accent des oiseaux et cétacés


Les animaux s’expriment par deux types de cris. Les uns sont émis de manière instinctive et le juvénile apprend seulement quand émettre son cri ; les autres sont appris et peuvent faire l’objet du développement d’une véritable culture du langage. Les plus bavards et raffinés dans l’expression se trouvent parmi les oiseaux, cétacés, chauves-souris et éléphants. On observe chez eux en particulier un phénomène de convergence vocale : les membres d’un couple ou d’un groupe infléchissent leur « accent » pour s’exprimer d’une manière semblable et identifiable pour ceux de leur espèce. Grâce à ce moyen, un couple d’oiseau se reconnaît au chant. De même les membres de pods d’orques, groupes d’une même région, génétiquement apparentés et chassant ensemble, ont une manière semblable de s’exprimer. Il est ainsi possible « de déterminer précisément à quel groupe social appartient une orque, ainsi que sa région d’origine » (p.51, voir bibliographie).

Application : Voici un Tri-kazélien qui va couper du bois dans la forêt près de son village. Dans sa jeunesse il a beaucoup voyagé et il a toujours eu une profonde sensibilité pour la nature, d'où il a développé une connaissance approfondie des chants d'oiseaux. Au milieu de trilles familières, il entend une mélodie légèrement différente. Un oiseau est récemment arrivé, un étranger en somme. En soi, ce n'est pas exceptionnel. Mais que penser lorsque les jours qui suivent, il en remarque d'autres... Une migration... Des oiseaux ont fui une région... leur accent, qu'il cherche à identifier dans sa mémoire lui donne une idée du territoire qu'ils ont quitté. Que s'est-il passé là-bas ? ...

Les types de cri


Le langage animal fonctionne souvent comme un lexique dans lequel des phrases type sont utilisées au cours de l’existence, chacune étant exprimée par un cri et une attitude physique particulière.

  • Alarme : Ce signal est émis en cas de détection d’un prédateur. Certaines espèces ont des alarmes différentes pour désigner un prédateur aérien (rapace), terrestre (fauve) ou susceptible de se faufiler dans les arbres (serpent). Connaître ce signal permet de savoir dans quelle direction fuir (vers le haut ou le bas) ou quel comportement défensif adopter dans le cas d’une espèce sociale. Dans les forêts il existe des espèces d’oiseau connus des autres animaux pour être particulièrement vigilants. Leur cri d’alarme est alors relayé par d’autres espèces, chacune fuyant à son tour et très rapidement une fois un danger identifié.

Application :  En Tri-Kazel existe un péril particulier, les feondas... et les espèces animales ont tout à fait pu s'y adapter, redoutant de se trouver sur la route de ces créatures. Un varigal averti pourrait peut-être éviter à ses protégés qu'il guide dans les terres sauvages de faire une mauvaise rencontre... Il développera pour cela la discipline Milieu naturel (Voix de la forêt) lui permettant de reconnaître les sons de la forêt, ceux qui annoncent un danger, et ne plus se contenter d'attendre que les environs soient tout à fait silencieux.... ou d'essayer d'interpréter un vol de corbeaux...
  • Agression : Ce cri signifiant l’hostilité s’adresse à un rival ou à un intrus qui empiète sur le territoire de l’animal.

  • Excitation : Les espèces sociales se communiquent entre membres d’une communauté la découverte de sources de nourriture abondante. Certaines chauves-souris appellent ainsi leurs congénères pour partager le butin, mais également être en mesure de le défendre contre des rivaux.

  • Quémandage : Le cri de quémandage est essentiellement le fait des poussins demandant d’être nourris, mais peut aussi être utilisé par l’oiseau qui se charge de la couvée et qui sera nourri par son partenaire.

  • Contact : Les cris et chants de contact sont utilisés par tous les animaux associés (groupe, couple, famille) qui se séparent pour se nourrir et s’annoncent à leur retour. Ce cri peut également servir à chercher un partenaire ou un oisillon perdu dans la foule d’une colonie d’oiseaux.

Acquérir un accent


Les animaux qui acquièrent des accents s’intègrent plus facilement à de nouveaux groupes, ils y sont mieux acceptés et ont de meilleures chances de trouver un partenaire pour la reproduction ou de pouvoir partager des sources de nourritures. L’acquisition d’un accent est interprétée comme le signe d’une personnalité coopérative et motivée, car l’apprentissage est long et demande des efforts considérables. Au niveau du couple, les mâles qui font le plus d’efforts pour imiter les signatures de cris propres à la femelle ont de meilleures chances de trouver une partenaire car considérés comme plus susceptibles de s’investir dans la surveillance et le nourrissage des poussins.

Application :  Certains humains ont un talent particulier pour l'imitation de chants d'oiseaux, développant une discipline de "Chant d'oiseau" à partir du domaine Milieu naturel ou Représentation. Ce faisant il lui est possible de capturer, apprivoiser ou dresser des oiseaux... voire préparer des tours qui lui permettront d'éblouir un public enchanté de la manière dont il charme un vol de mésange, chardonnerets ou bien d'autres ! Un tour aussi rare a de quoi attirer l'attention et permettre à un saltimbanque de trouver facilement du travail, voire un poste permanent auprès d'un seigneur oiseleur...

 --------------------------

Pour en savoir plus :

« Quand les animaux accordent leurs cris » par Kendra Sewall, in Pour la Science n°426, avril 2013, p.50-56.

1 commentaire:

  1. il faut maitriser les cris d'animaux pour pouvoir jouer au jeu de role du coup! ^^

    Sandrine

    RépondreSupprimer