Pourquoi utiliser Kickstarter pour financer les Ombres d'Esteren ?

09:45 Nelyhann 9 Comments

Bonne question ! Et le magazine en ligne The Escapist a voulu en savoir plus en me donnant la parole. Après tout, Esteren cumule quatre campagnes Kickstarter pour sa version anglaise : pourquoi continuer à utiliser cette plateforme ? En substance, voici ma réponse :
Pourquoi une quatrième campagne ? D’un point de vue extérieur, on pourrait se dire « whao ces mecs exagèrent, ils abusent ! ». Quand on se penche sur la réalité, on comprend très vite ce choix. En premier lieu, depuis le tout départ, nous avons annoncé à nos backers du Livre 1 que nous proposerions tous les livres des Ombres sur Kickstarter. Cela leur permet de suivre la gamme et d’obtenir la nouveauté. Surtout, cela permet de mutualiser les coûts, en particulier sur les frais de port : les joueurs à l’autre bout du monde profitent de frais de port avantageux dont le coût est absorbé par le financement global. C’est une belle entraide.
Aussi, une campagne Kickstarter est pour nous l’occasion de financer une édition limitée de notre livre, avec plein de bonus. Oui, Esteren pourrait être publié sans l’aide de Kickstarter. Pour preuve, c’est ce que nous avons fait en France. Mais je peux te dire que ce n’est pas du tout le même résultat à la fin ! Je t’ai préparé un petit visuel qui illustre ce fait. C’est à propos du Livre 0 Prologue. En France, il est sortit sous sa forme classique : un supplément de 80 pages en couverture souple, tout en couleur et vendu 10 euros. Crois-moi, c’est déjà vraiment pas mal pour un éditeur de pouvoir faire ça ! L’industrie du jeu de rôle (si on peut parler d’industrie, surtout en France où personne ou presque n’en vit !) est très fragile. Sur Kickstarter, nous avons réuni 65.000 dollars de financement pour le Livre 0 Prologue. Et pour le même livre, regarde tout ce que nous avons pu faire. Il va sans dire que la version américaine est simplement et totalement hors de portée pour un éditeur classique… et un éditeur tout court. Voilà la force de Kickstarter : elle permet aux concepteurs d’aboutir à leurs rêves et au public de profiter d’un contenu incroyable en rapport qualité prix, tout cela grâce au système des stretch goals, ces paliers que l’on atteinte à mesure que le financement globale augmente. Une image parle mieux qu’un long discours ; tu peux voir ici la version standard telle qu’elle est sortie en France et à côté la version Kickstarter.


 
Vous retrouverez l'article complet, en anglais, ici : http://www.escapistmagazine.com/articles/view/tabletop/11185-How-Kickstarter-Enables-Indie-Publishers-Shadows-of-Esteren-Interview

9 commentaires:

  1. Pour moi, le problème n'est pas de faire un Kickstarter/Ulule pour chaque livre, il est que les étapes se suivent de trop près : on n'a pas de news des deux derniers financements Ulule qui sont très en retard (je pense surtout à Dearg). Faire une campagne supplémentaire ne fait que vous mettre plus en retard, et personnellement, pour avoir aider au financement de presque toutes les étapes, je suis agacée et ne pense pas financer l'édtion du Monastère de Tuah. D'ailleurs, je ne suis pas sûre de participer à aucun autre Kickstarter/Ulule tant qu'il ne s'agit pas d'inédit pour la France.

    Parce que voilà un autre problème majeur. Fan de la première heure, j'ai acheté tous les livres à leur première édition... et je vais donc me retrouver avec plusieurs livres en double. Ce que je n'aurais pas en double... et bien ils ne seront tout simplement pas accordés avec le reste des livres. Pas bien grave mais quand même, me voilà bien remercié !

    Autre point : la sensation grandissante que les américains ont plus votre attention que le public français. Déjà parce que vous rattrapez bien plus vite le retard de l'édition américaine que vous n'avancez l'édition française. En bref, la seule différence désormais, c'est Dearg... qui n'est toujours pas sorti en France. Dernier point, et non des moindres, la campagne Ulule de Voyage, lancée en parallèle du Kickstarter... Mais qui a duré... 3 mois ? La blague. Ou l'horreur, au choix.

    Je suppose que tout cela a déjà du être abordé moults fois sur le forum. Désolée pour la redondance, mais ça fait un moment que je voulais en parler. Maintenant, c'est fait !

    Bonne continuation, malgré tout.

    RépondreSupprimer
  2. Des retards qui s'accumulent, des produits en doubles, en triple, un livre des secrets attendu depuis plusieurs mois, pourquoi ne pas finir les campagnes totalement avant d'en lancer de nouvelles ? Assez irrespectueux pour les participants...

    RépondreSupprimer
  3. Carine >> Tu as tout à fait raison de t'exprimer ! Tout d'abord merci pour ton soutien.
    Voici quelques éléments de réponse : Nous continuons à avancer. Pour les Kickstarter, nos trois précédentes campagnes ont été livrées et ont reçu de très bons retours. La quatrième touche à sa fin et nous sommes confiants sur la date de livraison.

    Pour la France, c'est vrai que Dearg est en retard... et paradoxalement Voyages sera sans aucun doute livré avant
    Mais en fait, c'est tout à fait logique. Voyages est déjà créé, il s'agit d'un travail d’adaptation, de relecture, de maquette. Alors que Dearg demande de la création pure et c'est très difficilement quantifiable. Nous avons fait une grave erreur en annonçant une date et nous te présentons nos excuses. Cependant, les choses avancent et le troisième épisode de Dearg est en cours de relecture alors que tous les textes sont écrits. Il restera ensuite le quatrième et dernier épisode...

    RépondreSupprimer
  4. Anonyme >> Nous sommes très respectueux de notre communauté. C'est un point d'honneur. Oui Dearg a du retard mais devons-nous tout arrêter pour cela ? Ce n'est ni possible ni réaliste, le projet a besoin d'avancer. Par ailleurs la campagne Kickstarter actuelle concerne la version US des Ombres à laquelle nous permettons aux français de participer. Nous avons aussi hâte que vous de finaliser tout cela pour passer au gros dossier des Secrets !!!

    Si toutefois tu es l'un de nos souscripteurs, merci à toi pour ton soutien :)

    RépondreSupprimer
  5. Je suis un peu dans le même cas que Carine : ca me gribouille un peu de soutenir un troisieme projet sans avoir reçu les deux autres (je le ferai probablement, mais en misant au plus juste).
    Ce n'est pas une question de manque de confiance, je suis persuadé que nous aurons nos ouvrages. C'est une question de faire les choses dans le désordre, du point de vue du client (pas du point de vue de l'éditeur).

    On peut voir l'exemple d'autres éditeurs français (je ne citerai pas de noms, mais ils publient un jeu de rôle sur les ars magiques) qui gênèrent une certaine énergie négative car des projets anciens semblent stagner alors que des projets nouveaux semblent avancer.
    Ça me désolerait qu'il arrive le même type de polémique à Esteren.


    Dalriada
    (pas connecté)

    RépondreSupprimer
  6. Pour ma part, je suis admiratif du soutient que vous obtenez sur les financements. Mais comme Carine, j'ai participé pour 100 euros au premier financement et je n'ai rien reçu hormis des pdf. Et j'ai pas payé pour ça. J'ai bien conscience des problèmes de l'édition mais n'allez vous pas un peu vite.... Nous attendons encore nos livres ( parus en boutique ) ...
    Je ne participerai pas non plus aux autres financements sans recevoir mes premiers lots.

    RépondreSupprimer
  7. personnellement comme beaucoup j'ai participé a Dearg et ne voyant rien arrivé j'ai un peut perdu foi dans ce système. J'ai rien contre financé un projet mais quand d'autre sorte entre temps et sont finis avant c'est décevant même si il ne comporte pas la même charge de travail.

    RépondreSupprimer
  8. Madrek,

    J'ai participé à Voyage ayant déjà le Monastère je ne vais probablement pas participer. 100 $ pour quelque chose que j'ai déjà et avoir des goodies ça fait une somme malgré tout.

    En tout cas bon kickstarter !

    RépondreSupprimer
  9. Il est aussi possible d'acheter certains des accessoires seul(s) si on a déjà le monastère de Tuath par exemple.

    darksigil

    RépondreSupprimer