Vous voulez proposer des canevas ou des scénarios (13) - Le talent

6/11/2018 08:29:00 PM Iris d'Automne 0 Comments

L'article du jour est inspiré de remarques que j'ai entendues récemment et ayant en commun le thème du talent d'auteur. Ils rejoignent aussi d'autres questions abordées dans des articles précédents de cette série (voir en bas d'article). Alors que certains sont convaincus que toute personne qui critique leur écrit a mal compris le texte, d'autres à l'inverse se remettent excessivement en question, et finissent par douter de tout.

"Il y a plein de gens plus talentueux que moi."


Il y a toujours des gens meilleurs que soi. Attendre d'être bon pour s'exercer aboutit juste à ne pas s'entraîner et donc ne jamais pouvoir s'améliorer. Ne vous comparez pas sans cesse à des modèles idéalisés et inatteignables, mais concentrez-vous plutôt sur ce que vous aimez.

Aimez-vous écrire ?

Aimez-vous passer des heures à imaginer une ambiance, une intrigue, un lieu ?

Si oui, le talent est une préoccupation secondaire : vous vous améliorerez de toute façon avec la pratique. L'essentiel c'est la flamme qui vous rend déterminé à persévérer.

Donc écrivez, chaque jour. Donnez-vous des objectifs : des nouvelles, un roman, une campagne en Play by forum, un recueil de scénarios, etc. et lancez-vous.

"Mon style n'est pas bon."


Dans cette affirmation, il y a souvent un mélange entre des faiblesses objectives et un manque d'assurance par rapport à des traits personnels.

La faiblesse objective, c'est le défaut de maîtrise de la langue dans laquelle vous écrivez. Si vous utilisez "faire" pour toute description d'action, votre texte sera truffé de répétitions qui seront rapidement pesantes. Si vous mélangez les homonymes, votre texte sera incompréhensible. Même chose si vous écrivez des phrases interminables dont les composantes ne s'articulent pas conformément aux règles de la grammaire (verbe accordé avec un mot qui n'est pas son sujet et autres joyeusetés qui apparaissent quand les propositions subordonnées s'enchaînent).

Si vous êtes concernés par des faiblesses techniques, oui, il faut travailler votre français.

En revanche, passé ce défaut objectif, si votre style est déclaré plat - fouillis - fade - lourd - (ou plein d'autres choses) par quelqu'un, ne vous désespérez pas immédiatement. Pensez par exemple à la réaction d'un public académique face aux premières œuvres impressionnistes ou cubistes. Ces toiles étaient considérées comme laides et mauvaises, et aujourd'hui, elles se vendent des millions.

Je ne prétends pas qu'une critique négative soit la preuve de la valeur d'un texte ! J'attire seulement votre attention sur le fait que le style est une affaire de goût et de sensibilité. Si vous décidez d'écrire à la manière de Victor Hugo, avec des figures de style à tous les étages, il y aura des gens pour dire que c'est ampoulé, tordu et incompréhensible ; et si vous écrivez dans un style sec, nerveux, avec peu d'adjectifs ou d'adverbes, on pourra vous dire que c'est plat, froid et dépourvu de sensibilité.

Quoi que vous fassiez, quoi que vous créiez, ce sera susceptible d'être critiqué et de ne pas être aimé.

Fondamentalement, la question que vous devez vous poser est : "Est-ce que ça ressemble à ce que je cherche ?" Si oui, alors c'est réussi.

Mais alors, est-ce que toute création réussie pour son auteur sera publiée ? La réponse est non ; c'est nécessaire, mais pas suffisant : il faut que cela plaise aussi à l'éditeur. Il faut donc trouver cet éditeur, ce lecteur particulier qui mettra ses moyens à disposition pour diffuser votre œuvre.


Conclusion


Une petite conclusion à cet article : ce n'est pas facile d'avoir la bonne attitude à l'égard de son travail créatif. Il faut s'y investir pour qu'il ait une âme et soit de qualité, et pouvoir arriver au bout de longs projets ; mais il faut aussi savoir prendre de la distance pour avoir un regard lucide sur lui. Prendre trop de distance peut rendre influençable, et aboutir à paralyser la création à force de chercher la perfection. Un livre n'est pas publié parce qu'il est parfait, mais parce qu'il a su "parler" à ses lecteurs, et en particulier à l'éditeur. Ce qui compte au fond, c'est d'écrire avec amour, et passion, mais en gardant aussi toujours à l'esprit qu'on pourra faire sans doute mieux encore. Cet équilibre fragile  permet de s'investir aujourd'hui et demain, tout en regardant les textes d'hier avec bienveillance et lucidité.




--

Pour nous envoyer vos scénarios, écrivez-nous !
Pour en savoir plus...


- Proposer des canevas ou des scénarios, partie 1 - Introduction
- Proposer des canevas
ou des scénarios, partie 2 - Attention aux stéréotypes
- Proposer des canevas
ou des scénarios, partie 3 - Les contraintes et buts d'un scénario du commerce
- Proposer des canevas
ou des scénarios, partie 4 - La relecture de fond
- Proposer des canevas
ou des scénarios, partie 5 - Les petits riens formels qui coincent
- Proposer des canevas ou des scénarios, partie 6 - Persévérance
- Proposer des canevas ou des scénarios, partie 7 - Quoi et dans quel ordre ? 
- Proposer des canevas ou des scénarios, partie 8 - Le chemin de fer 
- Proposer des canevas ou des scénarios, partie 9 - Les genres difficiles 
- Proposer des canevas ou des scénarios, partie 10 - Les évidences qui ne le sont pas  
- Proposer des canevas ou des scénarios, partie 11 - Enquête de vérité 
- Proposer des canevas ou des scénarios, partie 12 - Auteur professionnel

0 commentaires: