Créer des localités

21:42 Iris d'Automne 1 Comments

Parmi mes chantiers figure le thema Dùlan (avec des problématiques géopolitiques) et l'Esteren Maps, qui requiert la création de certains éléments géographiques (régions administratives en Gwidre par exemple). Dans les deux cas, il y a des "pourquoi" liés à des "territoires". Aujourd'hui un extrait de mes notes préparatoires.

Une partie de ma réflexion est nourrie de mes innombrables parties de "Civilization". Ce que j'ai toujours préféré : démarrer les parties et découvrir le territoire (et ensuite mener une victoire culturelle ou scientifique !.. si le coin me plait...^^)

Motivation initiale


Personne ne s’installe volontairement sur des terres qui ne présentent aucun atout. Quelles raisons ont motivé les fondateurs à venir ici ?

Ressources défensives. 


Ce facteur est surtout important en cas de guerre, ou d’insécurité grave (en zone frontalière, ou lors de la chute d’un régime). Il peut s’agir d’un site difficilement accessible sur un relief, d’une île dont l’abord est difficile, de l’entrée d’un réseau de cavernes pouvant être aménagées… L’accès à l’eau est une priorité : s’il n’y a pas de source alimentant les lieux, il faut prévoir des citernes remplies par la pluie uniquement, ce qui nécessite des fonds importants lors de l’installation. 

Nœud commercial. 


Confluent, embouchure de fleuve, port naturel, oasis ou gué sont des lieux évidents pour l’installation d’une communauté ayant des activités artisanales et marchandes. 

Pèlerinage. 


Un site sacré ou des sources thermales se trouvent sur ces terres et attirent les voyageurs de loin. Le tourisme, passion de l’esthétique, fonctionne sur le même modèle : peu importe le manque de ressources, l’attrait et l’argent des visiteurs contribuent au développement. 

Appât du gain. 


Une ressource de grande valeur est extraite ou chassée ici. Une communauté s’est installée, spontanément ou sous l’impulsion d’un seigneur, pour l’exploiter : or, flux, pierres précieuses… Les gains espérés sont suffisants pour couvrir les investissements parfois très importants en infrastructures. Par la suite, l’enrichissement de certains prospecteurs se traduit par des constructions. Le même scénario peut avoir lieu avec des ressources moins précieuses, tels des gisements d’argile justifiant l’installation d’une manufacture très active en céramique par exemple. 

Colonisation. 


Des terres fertiles, des côtes riches en ressources halieutiques… Ces régions ont été conquises tout naturellement, de bord-à-bord, quand les précédentes étaient trop habitées. On a défriché les forêts, explorés les mers, et établi des fermes puis des villages.


1 commentaire:

  1. Quelques petites pistes:
    - autrefois, les villages étaient très majoritairement construits sur les collines pour ne pas occuper les terres fertiles des vallées.
    - autrefois, les grands chemins (routes) étaient majoritairement sur les hauteurs des collines, car leur utilité première était avant tout militaire (vue)
    - autrefois, les villes, à contrario des villages, étaient souvent construites à proximité de la ressource la plus rare et vitale, l'eau (confluent, rivière)
    - Maintenant, les axes routiers sont souvent construits en plaine au détriment des cultures (changement des priorités, prix infrastructure vs prix denrées importées)

    RépondreSupprimer