Construire et publier une gamme de JDR

07:23 Nelyhann 0 Comments

L'une de mes tâches est de construire la gamme des Ombres d'Esteren en déterminant le contenu des livres qui vont être publiés. Je réalise ce travail en discussion avec Valentin d'Agate RPG, notre éditeur. Depuis plusieurs mois, l'auteure Iris participe à ces échanges. Pour mieux comprendre le rôle de chacun, et en comparant Esteren à un film, on pourrait dire que j'occupe le rôle de réalisateur ; Valentin celui de producteur ; Iris ma première assistante réalisatrice.

À l'occasion des conventions de jeu de rôle, il m'arrive de discuter de ces aspects avec des membres de la communauté. Aussi, à chaque rentrée, nous discutons du programme éditorial de l'année à venir. Cet article va me permettre de partager cet éclairage sur la vie de la gamme avec tous ceux qui nous suivent sur le net. Avant de vous faire un état des lieux des chantiers en cours, il me parait intéressant de revenir sur les débuts de la gamme, entre 2010 et maintenant.


Image : Florent Darrault


2010 : Les débuts associatifs


Dans les premières années, Esteren avait une dimension pleinement associative : fondé au sein du collectif Forgesonges, le projet avait comme ambition principale d'aboutir à un livre fini. Nous avions déjà l'idée du cross média et de pleins d'autres choses (comme toute asso qui se respecte) mais une première publication était déjà un grand défi. Cette étape décisive a été franchie en septembre 2010 à l'occasion de la sortie du Livre 1 Univers, le livre de base des Ombres, à l'occasion du Monde du Jeu 2010. Nous avions déjà des projets de suite à l'époque, en particulier le fameux Livre des Secrets, mais aucune visibilité quant à l'avenir de la gamme. Agate RPG s'était endetté pour publier ce premier opus et tout aller dépendre du succès du Livre 1.

S'adapter au succès


Le succès fut au rendez-vous ; jugez plutôt : les 2000 exemplaires du Livre 1 ont été vendus en moins d'un an et l'ouvrage est resté en rupture plusieurs mois (notez dans cet article de 2011 la référence à Dearg qui laisse songeur...). Cette première sortie en 2010 fut aussi notre premier contact avec les enjeux de la publication d'un JDR en France : les pros du secteur nous ont très fortement conseillé de faire suivre le Livre 1 d'une nouvelle sortie, au risque de voir l'engouement initial s'essouffler. Le Livre des Secrets était déjà avancé mais bien loin d'être bouclé et la gamme avait besoin d'un supplément incontournable : un écran pour le meneur. C'est ainsi qu'est né le Livre 2 Voyages : du matériel pour le meneur (dont un petit bestiaire à la demande de la communauté naissante) accompagné d'une grande carte et du fameux écran. L'année 2010 s'est achevée sur la publication du Livre 2 qui a lui aussi connu un succès immédiat.

2011 : Évolution du projet


Rétrospectivement, je pense que nous n'avions pas vraiment envisagé sérieusement la gamme au-delà de la sortie du Livre 1. Depuis le départ j'ai eu de grandes ambitions pour notre projet - mais soyons réalistes : elles étaient déconnectées de la réalité des lois du marché, du temps de production, etc. À ma décharge, si j'ai participé à de nombreux projets, Esteren était le premier dont j'assurais une direction éditoriale totale.

Le premier constat en 2011 est que nous avions très largement sous-estimé le travail pour venir à bout du Livre des Secrets. Je crois que tout collectif souhaitant se lancer dans un projet de publication devrait prendre très au sérieux cet aspect du problème : la chronologie. Si on prend en compte notre soin du détail, publier un tel bloc aurait demandé que l'on s'y consacre pleinement plusieurs années. Après tout, le Livre 1 avait nécessité 4 ans de développement. Même si Secrets était bien avancé sur bien des points, je ne pouvais que constater la distance qui restait à parcourir pour aboutir à un livre fini, dans les standards de qualité du Livre 1.

Si on ajoute à cela le fait que l'équipe produit majoritairement Esteren sur son temps libre, l'équation commençait à se compliquer : priver la gamme naissante de publications pendant plusieurs années signerait sa mort clinique. Alors que faire ?

Il s'est trouvé que 2011 allait coïncider avec l'aboutissement d'un projet qui était en gestation depuis 2008 : le premier album dans l'univers des Ombres, entièrement composé et interprété par Delphine Bois. J'avais moi-même un scénario en stock : Mots Vengeurs, un hommage au Nom de la Rose d'Ecco. Le supplément du Monastère de Tuath était né et par là même, le principe des thémas : un livre court, explorant une thématique des Ombres et accompagné d'un contenu cross média.

La fin d'année 2011 a été ponctuée par la sortie du Livre 0 Prologue dont l'un des scénarios, Loch Varn, avait été pré publié dans JDR magazine. Pour la petite histoire, j'avais imaginé au départ que le Livre 0 Prologue soit - logiquement - la première publication de la gamme, accompagnée d'un jeu vidéo point and click (ça vous rappelle un truc ?). Le développement de ce jeu a commencé en 2009 (admirez cette archive datant de 2009, un an avant la sortie du Livre 1.....) et il n'est toujours pas achevé aujourd'hui... Bref, le Livre 0 Prologue est sorti seul en fin 2011 avec un prix très bas et la volonté de promouvoir notre univers. Le succès ne s'est pas démenti et les 2000 ex du Monastère et du Livre 0 se sont écoulés dans le courant 2012.J'en profite pour remercier à nouveau notre éditeur qui nous a autorisé à mettre le Livre 0 Prologue en libre téléchargement et à valider un prix inférieur à 10€ pour cet ouvrage : le développement des Ombres en a beaucoup bénéficié.

Interlude


À mes yeux, il existe une véritable rupture entre les deux premières années du projet et ce qu'il s'est passé ensuite, à partir de 2012.

Avec un peu de recul, je constate comment les choses ont pu s'agencer d'une manière finalement difficile à prévoir. La suite, à partir de l'été 2012, s'est révélée encore plus déconcertante : le succès étonnant de la version américaine, un concert orchestral jusqu'au rendez-vous avec une productrice d'Hollywood afin d'évoquer une éventuelle adaptation des Ombres... Je ne peux que comprendre la perplexité de certains face à l'étrange déploiement de la gamme des Ombres. Je suis moi-même surpris par notre parcours et par l'ampleur que ce projet a pris - autant son succès que par la place qu'il occuper dans nos vies. Ce parcours singulier vient témoigner de l'évolution d'un projet dont l'organisation a longtemps été amateur et associative, pour se transformer à tel point qu'une professionnalisation est maintenant envisageable. Pas de malentendus : à mon sens, ce qui différencie principalement l'amateur du professionnel est le simple fait que ce dernier vit de son travail, à la différence du premier qui fait cela sur son temps libre. Aujourd'hui, je qualifierai Esteren de projet semi-amateur. Ou semi-pro, selon le point de vue.

Dans un prochain article, je reviendrai sur les années 2012 et 2013 avant d'évoquer ce que nous prévoyons pour la fin 2014. Il sera ensuite temps de se projeter dans l'avenir.

0 commentaires: