Temps d'écriture : l'exemple du Bestiaire en août et septembre

22:12 Iris d'Automne 0 Comments

Ce soir un article pour évoquer la question du temps passé à écrire et créer des nouveautés. Notre objectif dans l'équipe est d'améliorer le rythme des sorties. Comment faire pour organiser le rythme et les tâches ? Je vais aborder la question de la rédaction du Bestiaire pour vous donner une idée de la problématique. 

Quel est le temps passé à écrire ?


Pour aborder le sujet, rien de tel qu'un rapport impitoyable de Redmine. Aujourd'hui, après plusieurs heures d'écriture et l'impression d'arriver au bout du chantier, je regarde un peu où j'en suis et quel a été le travail abattu en "heures" sèches.


Là, je découvre qu'en fait, sur les semaines passées, j'ai eu un rythme assez famélique de rédaction. Le rapport que vous voyez démarre à la première semaine d'août. Le mois d'août, comme évoqué dans un précédent article a été très chargé au total pour moi, tant côté Esteren que tâches que j'avais à accomplir à côté (en l'occurrence j'avais accepté de donner des cours de pré-rentrée, je l'ai senti passer !). 

Comparons avec le temps de travail total enregistré sur Redmine pour ce qui me concerne : 
En proportion, cela donne respectivement :
  • Semaine 31 : Environ 31%
  • Semaine 32 : Environ 35%
  • Semaine 33 : Environ 21%
  • Semaine 34 : Environ 27%
  • Semaine 35 : Environ 28%
  • Semaine 36 : Environ 31%
  • Semaine 37 (en cours) : Environ 75%
La part reste relativement stable (on verra en fin de semaine 37 où j'en suis). Alors qu'est-ce qui cloche ? Pourquoi est-ce que je n'arrive pas à faire mieux que ça ?

Les limites du temps d'écriture

Je n'ai pas d'explication dont je sois totalement certaine, tout cela est très empirique. Voici déjà quelques observations, qui ne couvrent sans doute pas la totalité.

Un temps pour être concentrée, sans interruption


Je me suis rendue compte qu'il est impératif que je mette mon téléphone portable sur "silencieux" pendant les plages horaires réservées à l'écriture (et de manière générale, que je m'assure de n'avoir aucune interruption). Pourquoi ? A cause de la chute de la concentration : je suis à fond, et paf, une micro coupure, et il me faut à nouveau 10 minutes pour revenir à un état optimal de concentration. Répondre "rapidement" à quelqu'un qui me sollicite dépanne certes cette personne, mais plombe ma productivité en matière de travail créatif (ça n'a aucune incidence si je suis en mode "je traite des mails à la chaîne")

Fatigue accumulée

 Le mois d'août m'a coûté beaucoup en énergie, j'ai démarré septembre très fatiguée. Or un travail "créatif", si on ne veut pas tout reprendre derrière (et passer trois fois plus de temps dessus) doit être accompli en étant concentré et l'esprit clair. Comment combiner ça avec l'épuisement dans lequel j'étais ? En jonglant avec des siestes... En faisant des pauses à chaque fois que nécessaire. Et donc en démarrant le matin tôt, et finissant souvent tard, du fait des haltes pour récupérer. De fait en m'astreignant à un rythme "modéré", à ne faire (autant que possible) qu'une seule chose à la fois, ne pas varier les tâches rapidement (ça aussi, c'est crevant), j'arrive tout doucement à récupérer et avancer correctement en même temps. C'est un rythme monacal dans lequel tout est subordonné à l'objectif d'avancer les textes : répondre aux mails ou écrire cet article se fait quand je suis trop fatiguée pour produire des écrits qui me satisfassent, mais que je souhaite tout de même "avancer".  Un exemple concret de l'état de fatigue : au mieux je peux faire 20 000 à 30 000 signes / jours, actuellement je suis plutôt à 15 000 - 20 000.

Peut-on améliorer ça ?

J'espère bien !

La fatigue, il n'y a pas de miracle, il faut que je maîtrise mon rythme pour récupérer sans m'effondrer. En clair, éviter les semaines de 50h, éviter les changements de tâches intempestif et les causes de stress. Une semaine de 35h sans "surprises" à côté, c'est reposant ^^ 

Il est important aussi de rythmer la journée : les mails se vérifient rapidement, mais surtout se traitent quand je suis trop fatiguée pour réfléchir à une tâche qui demande toute mon attention. Les actions routinières ou "tranquilles" doivent impérativement être déplacées des créneaux où je suis en forme. 

Y'a-t-il quand même de bonnes nouvelles ?


Cela, c'est l'état du chantier, avec des fichiers "noms de code", susceptibles d'évoluer. Tous les fichiers en cours ne sont pas encore enregistré, mais ça donne une idée de la situation. 
  • Les verts à droite en "reprise de texte" sont rédigés et ont déjà été relu une ou deux fois. Je dois les reprendre, mais le travail "brut" initial est fait. 
  • Les verts à gauche sont bien entamés, il ne reste plus grand-chose pour les finir. En somme, je bouche les trous. 
  • Les orange à droite sont également entamés, mais mois que les précédents.  
  • Les points d'interrogation sont des "peut-être je garde, peut-être je change"
Notez que le temps en heure tout à droite représente le temps que j'ai enregistré + le temps enregistrés par les relecteurs Songe ou Arthus ou les deux. 

Cela pour dire qu'au final, en dépit de tous les obstacles, le bestiaire se présente bien... mais je ne serais vraiment satisfaite qu'une fois que j'aurais plié le tout, relu, lissé, envoyé en validation auprès de Nel' et reçu confirmation que "ça va" ^^

0 commentaires: