Vous voulez proposer des canevas ou des scénarios (5)

10/10/2017 09:19:00 AM Iris d'Automne 2 Comments

Je poursuis ici ma série d'articles consacrée aux scénarios et canevas, à ce qui est attendu, et au contraire ce que je préfère surtout ne pas lire. Aujourd'hui, je présente quelques uns des petits riens qui sont présents assez régulièrement, et qui sont systématiquement pointés, et finissent fréquemment supprimés. Autant les identifier en amont et les corriger d'office.

Les petits riens formels qui picotent


La manière d'écrire est propre à un individu, et ses spécificités -- quand elles sont maîtrisées -- sont qualifiées de style. 

Le style est un mélange résultant du lexique habituellement utilisé, du nombre de mots par phrase, du choix des temps verbaux, de l'usage ou non de conjonction et subordonnée, ou d'adjectifs ou d'adverbes. L'utilisation de figures de style fait aussi partie du style, et quantité d'autres éléments de langage qui ne me viennent pas à l'esprit. 

Cependant, l'écriture dépend aussi du type de texte qu'on rédige. Je n'écris pas de la même manière pour un scénario ou un texte romanesque (nouvelle incluse) ou un mode d'emploi ou un mémoire de recherche.

Cette introduction générale passée, je présente quelques travers assez communs et qui donnent souvent lieu à de pénibles pertes de temps.

Faire, dire et répétitions


Si vous pouvez éviter le verbe "faire", faites-le ! Il peut finir par apparaître aussi fréquemment que le verbe "schtroumpfer" chez de célèbres lutins bleus à bonnet blanc... Si vous avez un problème de manque de synonymes, allez sur le site du CNRTL

Dire... c'est un peu pareil... mais en moins grave dans les scénarios vu qu'il n'y a pas souvent de dialogue.

Corollaire : attention aux répétitions à l'identique ou juste de mots de la même famille.

Phrases longues


Quand vous écrivez une phrase qui mesure plus d'une ligne (colonne simple) sur votre écran, vérifiez bien qu'elle est non seulement grammaticalement correcte, mais aussi fluide. Un scénario n'est pas un lieu où faire l'étalage de votre capacité à développer une phrase longue, interminable, telle qu'on aura oublié ce qu'elle veut dire à la fin, ou parfois même au milieu. (Là, c'était une phrase longue par exemple, avec des ajouts dispensable de subordonnées relatives et propositions coordonnées). 

Il y a deux raisons pour lesquelles les phrases longues (même si j'aime en écrire) sont à considérer avec précautions :

1. Beaucoup de gens qui écrivent des phrases longues... écrivent des phrases longues qui ne respectent pas les règles grammaticales et syntaxiques (des sujets et des verbes et des accords farfelus). Aimer écrire des phrases longues ne signifie pas que vous maîtrisiez le sujet. Si ça peut vous consoler, sachez que mes propres phrases longues ont été régulièrement retoquées, pour raison syntaxique ou ...

2. Le confort du lecteur. Le scénario est un texte qui doit pouvoir être lu avec aisance par un jeune meneur débutant, et dans des conditions de jeu (relecture rapide en cours de partie). Certains passages seront lus à haute voix pour diverses raisons. Donc même si on a une phrase longue, il faudra qu'elle soit assez clairement articulée pour être compréhensible à la seule écoute.

Le style oral


Par style oral j'entends : phrases sans verbe, phrases commençant par une conjonction de de coordination, lexique familier, ellipses et raccourcis de la pensée (manque d'explicitation), usage de digressions, parenthèses ; la ponctuation peut aussi imiter les pauses de la parole (...) ; utilisation d'expressions calques de l'anglais ; calembours ; détournements de titres de film ou d'expressions...

Certains JdR font le choix d'un style oral à l'écrit, à un degré ou un autre. Ce n'est pas le cas de notre équipe. Nous sommes très soucieux de présenter un texte écrit... qui a les caractéristiques d'un texte écrit (là, sur ce blog, j'écris avec un style oral qui me paraît approprié à ce style d'écrit... mais en me retenant sur les smileys malgré tout !).

Aller (conjugué) + infinitif


Cela me fait tiquer à chaque fois : "il va faire", "les PJ vont découvrir"... Il y a une quantité invraisemblable de ces locutions, et (c'est personnel) elles m'exaspèrent. 

Soit il faut utiliser le présent, soit le futur. Or là, on a un usage intermédiaire entre présent et futur. En concordance des temps, en placement chronologique, ... il y a toujours une zone de flou quand ce type de "conjugaison" apparait. Le pire étant qu'elles sont 

(a) soit très fréquentes, au point de constituer le temps verbal dominant dans le texte (donc répétition du verbe aller sous toutes ses formes)

(b) soit en alternance avec des temps verbaux plus "conventionnels" (imparfait, présent)... 

Dans un cas comme dans l'autre, ça boite fréquemment. Alors oui, j'évite de signaler à chaque fois que je les lis, parce que c'est devenu un usage, que c'est compréhensible. Au final, ce aller (conjugué) + infinitif endosse une fonction de futur proche (apparemment). 

En principe, on devrait avoir un usage des temps verbaux qui indique quand l'action se passe :

- présent = présent
- futur = futur
- futur antérieur = une action future qui précède une autre action future laquelle est conjuguée au futur (ils viendront quand ils auront fini de déjeuner)

Si j'étais certaine que aller (conjugué) + infinitif avait un usage bien délimité dans le texte, avec un sens précis, qui n'est pas juste une ignorance des temps verbaux, je me crisperais moins à chaque fois que je le vois. Je me dirais avec satisfaction "cet auteur a une pensée précise, et complète la conjugaison française par un temps verbal construit qui sert exactement à combler le vide de la grammaire" (un peu comme la construction d'un temps "manquant" pour un verbe défectif -- les verbes qui n'ont pas de conjugaison complète à tous les temps, comme "extraire" par exemple, que vous aurez du mal à conjuguer au passé simple).

- -

Pour en savoir plus...
- Proposer des canevas, partie 1
- Proposer des canevas, partie 2
- Proposer des canevas, partie 3
- Proposer des canevas, partie 4







2 commentaires:

  1. Coucou,
    Je viens de découvrir cette suite d'articles. Je les trouve très bon et bien à propos. J'ajouterais bien
    1- Evitez de critiquer son propre travail ou les phrases négatives types "ce scénario sans prétention" ou "sa structure bac à sable est particulièrement complexe"...
    2- Évitez les "on"
    3- Préférez une structure en plan (avec des tiret) plutôt qu'un long texte
    4- Ne bâclez pas la fin. Ecrire, relire, corriger, réécrire... prend du temps. Pas la peine de se décourager parce qu'on a passé 10 h sur un texte non fini. Si ça commence bien, ca doit bien finir.
    J'en ai surement d'autres mais c'est tout ce qui me vient sur le moment
    A+ pour la suite
    Alexandre qui va traquer ses "faire"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :-)

      Merci pour ton retour ! Effectivement, il y a plein d'autres petites choses perfectibles auxquelles je n'ai pas pensé !

      Supprimer