Le rythme d'écriture et l'inspiration

00:00 Iris d'Automne 4 Comments

L'expérience de l'écriture régulière, pour ainsi dire quotidienne, modifie la perception de ce qui est attendu et de la méthode de travail. Pour ma part, l'écriture est à la fois par chance une occupation professionnelle et un loisir (je joue en PbF). Sur convention et forum, j'ai discuté régulièrement avec des personnes qui écrivaient essentiellement pour leur plaisir : nouvelles ou en JdR par forum. Le thème de l'inspiration revient régulièrement.

L'inspiration est une sensation particulièrement agréable, un moment où l'on se sent léger et porté par des idées qui paraissent limpides et brillantes à la fois. Écrire ainsi est facile et les mots semblent plus justes, les concepts plus originaux et profonds. C'est presque comme de découvrir quelque chose en nous.

Vous l'aurez deviné, j'ai un sentiment positif à l'égard de l'état d'inspiration, mais le fait est qu'il est difficile à maîtriser pleinement... et que par ailleurs, écrire rapidement, en alternant avec des tâches de coordination par exemple, implique de ne pas avoir toujours vraiment envie de se coller sur un texte à faire. Le pire étant "reprendre un texte relu et annoté de toutes parts".

Alors comment faire pour tenir sur la longueur et rendre malgré tout des textes qu'on peut signer sans honte de son nom ?

La recherche et la documentation

L'inspiration puise dans ce qui est en nous. Un moyen de lui permettre de s'activer plus facilement consiste à réserver du temps en recherche "gratuite", entendre par là se documenter par pure curiosité, sans avoir une idée claire d'exploitation. Cela signifie lire, se promener, écouter des anecdotes, observer, regarder des reportages, étudier une nouvelle matière, participer à un MOOC, suivre des séminaires sur le site du Collège de France, suivre des blogs de chercheurs... Plus la matière étudiée est pointue ou nouvelle, et moindres sont les chances que d'autres auteurs le traitent aussi : il sera donc aussi moins difficile de proposer un contenu ayant des accents inédits.

L'entraînement quotidien

Pour que les mots viennent facilement, il n'y a rien de tel que l'entraînement. Pour ma part, je trouve le JdR par forum excellent de ce point de vue : que l'on soit joueur ou meneur, il faut développer et entretenir des qualités utiles pour l'écriture de JdR ou de roman : persévérance, discipline, régularité, précision, clarté, adaptabilité. Pour peu que l'on teste plusieurs jeux et univers, on peut aussi s'entraîner à explorer des styles sombres ou léger, explorer des personnalités contrastées.

Ne jamais oublier qu'on sera lu

Un texte qui doit être publié n'est pas écrit juste pour notre plaisir. Ce n'est pas non plus une thérapie ou une quête personnelle d'introspection. Un livre de JdR est à destination des meneurs et des joueurs : ce sont des personnes qui peuvent être proches de nous ou de parfaits inconnus avec des penchants très différents des nôtres. Le texte doit donc être efficace : bien structuré, sans répétitions, concis, dans lequel on retrouve facilement les informations recherchées.

S'imposer un rythme hebdomadaire

Certes, il est impossible d'être toujours en forme, et parfois tout se ligue pour vous empêcher d'avoir une minute au calme. Il y a des semaines avec, des semaines sans, des textes techniques pas très passionnants, des reprises douloureuses... Malgré toutes ces variations provenant du monde extérieur, il est tout simplement essentiel de parvenir à se discipliner pour rendre chaque semaine un signage minimum, qu'il vente ou qu'il neige.

Avec Nelyhann, nous nous sommes donnés 25K (donc 25000 signes, caractères espaces compris) par semaine. Si nous pouvons faire mieux, c'est tant mieux, et même souhaitable, mais il ne faut pas tomber en dessous. Qu'est-ce que cela représente ?

- 1 heure de travail représente 2K à 5K (selon complexité du sujet ou inspiration)
- 25K représentent généralement entre 8h et 10h dans la semaine (vu les fluctuations importantes par type de texte c'est une approximation) -- dans les bonnes semaines, je monte à 45K. Il est possible de faire plus, mais c'est délicat sur une écriture en rythme "marathon", visant à tenir sur toute l'année.
- 18K équivalent environ à 5 pages d'un livre de JdR

Concrètement, cela signifie que chaque semaine j'avance de 5 à 12 pages d'un ouvrage. Peut-être qu'avec l'expérience j'arriverai à faire mieux, mais pour l'instant c'est le rythme que je tiens, et vu tout ce qui est à faire à côté en coordination, il m'arrive de bien tirer la langue pour atteindre les 25K !


Photo de Graham Holliday

4 commentaires:

  1. Article très intéressant sur un sujet que j'ai rarement vu traiter en JDR, merci pour cela! :D

    -A.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ton article tu réponds à des questions que je me suis toujours posé sans les poser...

    RépondreSupprimer
  3. J'ai apprécié cet article, merci ! (Est-il possible de nous dire à quoi correspond les carnets, plan canevas, le verre, post-it ? :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... eh bien... mon camarade coordinateur voulait décorer l'article avec une image, du coup... il a choisi quelque chose qui l'inspirait en ambiance ^^

      De mon côté, je travaille un peu autrement ^^

      Supprimer