Vous souhaitez proposer un canevas ou scénario

5/29/2017 11:09:00 AM Iris d'Automne 0 Comments

Je reçois parfois des scénarios ou canevas de membres de la communauté qui souhaitent avoir un avis et peut-être avoir la chance de contribuer en tant qu'auteurs au sein de l'équipe, ponctuellement ou plus durablement. Cet article vous donne un aperçu de ce que je vérifie en premier, avant même de lire en profondeur et du début à la fin.

Note : relire un texte de manière attentive peut prendre 1h pour 10K (signage, caractère espace compris) de volume. Alors... prenez le temps de bien finaliser vos manuscrits, voire n'hésitez pas à les soumettre à des proches, ou sur le forum officiel en section meneur pour bien finaliser votre création avant de l'envoyer, vous ferez de moi une relectrice plus heureuse !

Format

 

Ouverture de fichier


Première chose : il faut que le fichier soit enregistré en .doc (ou .docx), bref, un format courant que je n'aurais aucun mal à ouvrir.

Organisation des informations


Il est également important (pour ma santé mentale de relectrice et pour le temps que je passerai à vous relire ou annoter) de structurer le texte en utilisant les styles :

- Titre 1 pour le titre du scénario
- Titre 2 pour les Prologue / Actes / Epilogue ou les Racines / Tronc / Branche / Feuille / Vent
- Titre 3 pour les encadrés ou les Scènes
- Titre 4 si vraiment indispensable pour hiérarchiser un sous-titre à l'intérieur d'une scène ou autre, mais à manier avec une grande parcimonie.
- indiquer ***encadré*** / ***fin d'encadré*** ou ***pastille gore*** par exemple, de préférence en couleur vive (rouge, vert)
- Aucun soulignement : la gamme Esteren n'en utilise pas. Pour mettre en valeur des informations, utilisez des listes munies de pastilles, la ***pastille info importante***, ou un encadré.
- N'écrivez pas de longs textes dépourvus de sous-titre ou de pastille : il faut toujours pouvoir retrouver rapidement le sujet d'un paragraphe
- Les tests de compétence sont à présenter selon un format habituel: jet de (nom de la compétence ou autre) (qualifié : standard, compliqué, difficile...) et valeur du test entre parenthèse (11, 14, 17...). Appuyez vous sur le format des scénarios officiels pour bien repérer le style de la présentation des informations.

Relecture


Si je lis un fichier avec des phrases qui n'ont pas de sens, qui sont boiteuses d'un point de vue syntaxique et grammatical, je risque de rapidement perdre toute motivation à aller plus loin. Prenez le temps de faire une relecture complète de votre travail, de préférence à tête reposée, avant de me l'envoyer.


Contraintes de forme


Ensuite, et relevant également du qualificatif de format, mais davantage lié aux contraintes de publication, il vous faut choisir le type d'histoire : généralement canevas ou scénario. Même s'il est dans l'absolu possible d'écrire de différentes manière, dans le cas d'une publication, il y a un cadre à respecter (maquette, présentation type, organisation des idées) qui permettent aux meneur par la suite de savoir où retrouver ce qu'ils cherchent.

L'immense majorité des histoires "courtes" (moins de 6h de jeu) tiennent bien en format canevas.

Canevas


Si c'est un canevas,

- le texte tient en 16K (16 000 signes, caractères espaces compris), grand max 19K. Rien de plus.
- vous pouvez avoir des annexes : lettre, plan de lieu, description de plantes, poisons... dont le signage est compris entre 5K et 15 K (en gros 1 page + illustration ou 4 pages illustré, ce qui revient à dire 1 ou 2 doubles pages)
- il convient de respecter le plan type du canevas : indication du style, du cadre, de la saison  ; éventuellement quelques lignes d'introduction ; puis racines (le fond de l'affaire, le résumé, les tenants et aboutissants) ; le tronc (comment les PJ se retrouvent impliqués) ; les branches (éléments principaux de l'histoire) ; les feuilles (épilogue et fins possibles) ; le vent (des conseils ou remarques pour l'ambiance visée)

Scénario


Si c'est un scénario,

- Style, cadre, saison (éventuellement durée, mais c'est moins important)
- Résumé
- Enjeux et objectifs : qu'est-ce qui est essentiel dans votre histoire, que veut-on réussir ?
- Prologue : éventuellement des précisions sur les éléments modulaires qui influencent l'ambiance ou comment trouver les indices si c'est une enquête, bref, comment prendre en main l'histoire. S'il y a lieu des précisions sur comment impliquer les PJ ou intégrer ce scénario à une campagne plus vaste. Des indications sur la chronologie des événements sont souvent utiles.
- Présentation des lieux (plus ou moins détaillée, selon les besoins)
- Présentation des figures (là aussi, plus ou moins détaillée, selon les besoins).
- L'histoire peut être organisées en Acte et Scène. Si vous utilisez les actes, assurez-vous que chacun a bien une identité claire. Sinon, souvent, utiliser uniquement des scènes suffit. Si vous utilisez des scènes dans les actes, la numérotation recommence à chaque acte, comme dans une pièce de théâtre.
- Les pastilles modulaires permettent de donner le choix au meneur d'accentuer dans un sens ou l'autre (suspense, psychologie, surnaturel, gore).
- L'épilogue clôt l'intrigue, suggère des gains d'expérience et peut proposer des suites.
- Les créatures uniques (s'il y a lieu) sont présentées ensuite, en format "bestiaire".

Plan (s)


Oui, si le scénario a une dimension géographique importante, pensez à joindre un plan, même schématique, c'est utile !

Contenu


Il y a beaucoup de choses auxquelles faire encore attention. Globalement l'essence de la relecture de fond consiste à vérifier si le scénario répond à plusieurs critères :

Est-ce cohérent ? 


Tous les éléments mis bout à bout doivent se tenir quand on a une connaissance complète de l'intrigue.

C'est parfois difficile car en écrivant on a une idée de mise en scène, d'ambiance, et on se rend compte en écrivant l'épilogue qu'en fait, si le méchant faisait ci et ça, en fait, un indice aurait dû être visible à tel ou tel endroit, et aurait compromis la dramaturgie en offrant un raccourci à des PJ vigilants et astucieux.

Si vous voulez éviter des trous dans le scénario,

- évitez les actions et rituels et complots... qui s'étalent sur des années : plus la période est longue, plus le risque est grand que ça coince quelque part
- attention à ce que les familles ne soient pas toutes limitées à "un parent, un enfant, et plus aucun autre membre en vie"
- attention à ce que tous les PNJ clef de votre histoire ne soient pas des hommes
- vérifiez bien ce que savent ou devraient savoir le gens du reste de l'univers, pas seulement vos PNJ clef pour l'histoire, mais le reste du monde. En cas d'assassinat d'un noble, normalement son suzerain va tiquer par exemple, ainsi que les voisins (appâtés par la fragilité nouvelle du domaine ? alliés ?)
- de manière générale, pensez bien que tout aura des conséquences, mineures ou majeures. Prenez le temps de vous demander "que se passerait-il si..."
- assurez vous qu'aucun PNJ n'est plus légitime que les PJ à agir. Exemple simple : dans une enquête, s'il y a des forces de police, les PJ vont se demander pourquoi ils sont les seuls à chercher le meurtrier alors qu'en principe il y a des gens payés pour ça. Si des PNJ légitimes ne peuvent pas agir, pour quelle raison ?
- faites attention quand vous maniez des principes juridiques. C'est un domaine technique et il vaut mieux se documenter un peu au préalable avant d'en faire usage, sous peine de créer vous créer beaucoup de problèmes (de cohérence et de réactions de joueurs / PJ).
- vérifiez toujours comment les PNJ ont agi (tuer quelqu'un, empoisonner...) ou pu agir.

Le diable est dans les détails. Beaucoup d'histoires coincent dès qu'on cherche à savoir comment précisément les choses se sont passées.

Est-ce que ça tient en cas d'initiatives des PJ ? 


Car oui, certains PJ sont astucieux et vont trouver des leviers inattendus pour résoudre des problèmes. Certains ne sont pas viables (stratégies fantasques), d'autres impliquent une bonne dose de mauvaise foi de la part des joueurs, mais il arrive tout de même assez régulièrement que de bonnes idées et déductions aient lieu. Est-ce que l'histoire peut tenir le choc ?

Extension de la question du rôle des PJ, faites attention à ce qu'ils aient une motivation viable.

- Attention, un PJ mercenaire peut toujours abandonner en estimant que la paye est insuffisante par rapport aux risques.
- Un scénario qui implique un lien familial ou amical d'un ou plusieurs PJ aura du mal à bien fonctionner si ledit lien apparaît d'un coup dans votre campagne -- cela demande de la bonne volonté de la part des joueurs, mais même bienveillants, leur implication sera limitée.
- Est-ce que c'est intéressant pour les PJ ? Ont-ils de meilleures raisons de lâcher l'affaire et s'occuper d'autres choses ?

 Est-ce maniable pour le meneur ?


Le meneur peut être convaincu par l'ambiance que vous voulez transmettre, mais ne pas savoir concrètement comment faire. Si le scénario dit juste "il y a une ambiance pesante", le meneur peut se contenter de le dire à haute voix à ses joueurs, cela n'aura qu'un impact limité. Si vous donnez au contraire les clefs pour faire sentir cette pesanteur au travers d'anecdotes, de scènes qui posent l'ambiance, vous aurez rendu le scénario plus maniable et confortable pour le meneur.

Est-ce différent ?


Il y a une infinité d'histoires possibles dans un univers. On peut écrire des dizaines de variations au sujet d'un enlèvement d'enfant par exemple, ou d'un village assiégé par des créatures monstrueuses. Cependant, il y a un impératif éditorial : il faut que chaque histoire nouvelle apporte une valeur ajoutée.

En d'autres termes, il faut vous demander si votre histoire explore quelque chose de nouveau (ambiance ou situation) par rapport aux autres scénarios de la gamme.

- -

Voilà pour commencer ! Il y aurait bien d'autres choses à dire mais c'est déjà un bon début pour vous aider à cadrer vos créations.

Pour nous envoyer vos scénarios, écrivez-nous !

Pour en savoir plus...
- Proposer des canevas, partie 2
- Proposer des canevas, partie 3
- Proposer des canevas, partie 4
- Proposer des canevas, partie 5




0 commentaires: